Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sylvain et ses chiensJe me suis installé en 2007 avec un associé sur la ferme du Bas Primbert, une ferme de 42 ha (plus de 100 hectares aujourd’hui) dans laquelle nous avons choisi de pratiquer une agriculture biologique. Nous avons construit de nos propres mains, avec l’aide des copains, la bergerie et la fromagerie.
Aujourd’hui, je gère la ferme seul mais j’ai deux employés pour m’aider.
Après un passage au lycée agricole de Sées (dans l’Orne), en formation Bac puis BTSA SER (Service en espace rural), j’ai obtenu une licence pro  de « consultant rural » à Neuvic en Corrèze. J’ai alors décidé de m’installer dans le Perche où ma famille possédait une maison. J’ai choisi de me tourner vers le fromage de brebis et je produis également de la viande de bœuf, d’agneau,de brebis et une fois par an du porc.

Les avantages du bio sur nos produits

Aujourd’hui le label AB est le seul label qui soit un gage de qualité, qui garantit l’absence de pesticides, des produits sains et un mode de production qui ne détruit pas la planète et respecte le rythme des bêtes. Les bienfaits de l’aromathérapie et la phytothérapie pour le soin des bovins et des ovins sont aujourd’hui prouvés et nous le constatons au quotidien en utilisant plantes et huiles essentielles.
Pour les cultures : une rotation judicieuse associant des légumineuses à des graminées donne de bons résultats. L’assolement repose sur un panel de céréales cultivées chaque année (blé, tritical, épeautre, orge, avoine) mélangées avec de la féverole, du pois… Nous laissons reposer les terres en les passant en prairie pendant trois ans dans leur cycle cultural.
La ferme est complètement autonome en grains, foin et paille : l’ensemble du cycle de production est ainsi maîtrisé, de l’herbe au fromage.

Le Collectif Percheron

Pour créer une dynamique collective et monter un projet de développement économique local, j’ai participé, avec d’autres producteurs locaux bio à la création du Collectif Percheron des Producteurs Fermiers. C’est un défi et une démarche enrichissante. Réussir à mettre autour de la table des paysans et proposer une alternative aux circuits traditionnels est très valorisant.
Depuis 2012, je suis même devenu président du Collectif. Nous sommes aujourd’hui 24 producteurs bio à être engagés dans le Collectif.